bapilemeyos

18 mai 2017

LA SOCIETE FIPCAM ET MULLER Stéphane trompe les populations de BIWONG-BULU.

 

LA SOCIETE FIPCAM ET MULLER Stéphane trompe les populations de BIWONG-BULU.

La Commune de BIWONG-BULU qui épouse les contours du territoire de l’Arrondissement du même nom est située dans la Région du Sud Cameroun, Département de la Mvila. Elle a été créée par décret présidentiel N°2007/117 du 24/04/2007.

Elle est limitée au Nord par la Commune de MENGONG, au Nord-Est par la Commune de SANGMELIMA, au Sud-Ouest par la Commune d’EBOLOWA 2 et au Sud-Est par la Commune de MVANGAN. La Commune a une superficie totale de 1.445,37 km².Densité  23,78hbts/Km².Nombre d'habitants  34 374.

La Commune compte quarante-six (46) villages.

Il existe deux (02) Unités Forestières d’Aménagement (UFA) dans la Commune d’une superficie totale de 389,426 km² : soit 171,281 km² pour la 09-018 et 118,145 km² pour la 09-017. La Commune est aussi dotée d’une Vente de Coupe : la VC 09-02-185 d’une superficie de 7,1997 km². Ces UFA sont exploitées par des opérateurs économiques intervenant dans la filière qui reversent les taxes issues de cette activité à l’Etat. Il existe aussi une Forêt Communautaire (FC) attribuée de 21,3843 Km² dans la zone Sud-Est de la Commune et chevauchant la Commune de Mvangan. Seulement on note aussi une exploitation frauduleuse du bois pratiqué par la fabrique camerounaise de parquet(FIPCAM). C'est ainsi que acculé par le gouvernement qui a lancé un mandat d'arrêt contre MULLER Stéphane,ce dernier est venu construire un foyer pretextant que c'est un don qu'il fait aux populations alors que c'est une recommandation des ONG et du gouvernement.

Affaire à suivre.

AWONG jean

 

Posté par bapile meyos à 19:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]


09 mai 2017

CAMEROUN:MULLER Stéphane déclare,le général ASSOO EMANE Benoit me protége.

L’administrateur général adjoint de l’exploitation forestière FIPCAM, S.MULLER préside une réunion d’urgence avec tout le staff dirigeant et ses forces extérieures. Présents à cette concertation, le chef scierie de retour d’un bref séjour en côte d’ivoire, le directeur financier, le chef transport, le chef garage, la directrice des ressources forestières et commerciale, deux militaires de rang et un général.

18403534_149567005581984_6953896189902377854_n

Il faut sauver le soldat S.MULLER à tous les prix et imaginer des motifs pour incriminer les employés loyalistes et leurs proches.

Selon une source bien introduite, jeudi le 09 juin 2016 à partir de 11h25 jusqu’à 12h57 s’est tenu à la direction générale de FIPCAM une réunion d’urgence convoquée par S.MULLER.

L’ordre du jour a porté sur les moyens à mettre en place pour juguler les enquêtes dont font l’objet la société FIPCAM et son administrateur général adjoint, diligentées par les services de sécurité, la justice, la douane, les impôts, le consupe, la primature, l’assemblée nationale et la présidence de la république. IL a aussi été question de reprendre les intimidations de manière plus virulente contre les plaignants. Après cette réunion, les employés informés ont alerté les plaignants pour qu’ils renforcent les mesures de sécurité autour de leurs domiciles respectifs et d’éviter tout contact direct avec les dirigeants de FIPCAM et leurs émissaires aux appels téléphoniques calculés, de ne donner aucune information relative aux procédures en cours quelque soit la personne de l’entourage de ces dirigeants et de leurs alliés qui en fait la demande.

La dernière articulation a porté sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour renforcer la discrétion autour du circuit financier de la FIPCAM , succursale de la multinationale BRUNO srl. L’imagination débordante des employés fait savoir que cela est la conséquence logique des menaces d’un groupe de juristes camerounais installés en France et décidés à déposer une plainte auprès d’un tribunal parisien contre la firme BRUNO srl propriétaire de la FIPCAM.

Les résolutions de la dite réunion ont commencé à s’appliquer le samedi 11 juin 2016 à 15h lorsque le général ASSO’O EMANE Benoit a débarqué à la chefferie traditionnelle de 3e degré de NkolNguet petit village situé à Mfou sans au préalable adresser une demande d’audience. Selon l’enregistrement vidéo de qualité moyenne qui est parvenu à la rédaction. Il a tenu à l’attention des populations les propos suivants ## Si vous continuez les dénonciations contre S.MULLER et la FIPCAM,ils iront s’installer ailleurs et vous perdrez, dites-moi la somme d’argent que vous voulez je serai votre porte parole et votre négociateur ,vous devez savoir que S.MULLER refuse catégoriquement de vous payer mais je peux le ramener à la raison ## .

Les riverains reçus à ma rédaction rejettent en bloc la démarche calculatrice du général ASSO’O EMANE Benoit.ils lui ont rétorqué d’amener la FIPCAM et S.MULLER s’installer à Djoum ou à Ndanguenk.La fabrique camerounaise de parquet n’est plus la bienvenue à NkolNguet. Pour ce qui est des terres arrachées et des licenciements abusifs pratiqués par la FIPCAM,le gouvernement décidera de la somme d’argent qui revient de droit à la communauté autochtone et aux ex-délégués du personnel.
C’est à l’Etat de régler l’affaire FIPCAM qui lui a été soumise et le seul médiateur choisi, voulu et reconnu par la communauté locale et les ex-délégués du personnel reste et demeure la commission indépendante contre la corruption et la discrimination, abrégé COMICODI. Aucune négociation ne peut se faire officieusement et surtout sans la présence des membres des commissions d’enquête de la présidence de la république, la primature, l’union européenne, la commission des droits de l’homme des nations-unies pour l’Afrique centrale et le tout sanctionné par un procès verbal.

La communauté locale est désagréablement surprise par le comportement du général ASSO’O EMANE Benoit qui n’est ni une ONG,ni un membre d’une commission d’enquête gouvernementale. D’ou vient-il qu’il exige subitement de mener des négociations et devenir le porte parole des populations alors qu’il a longtemps aidé et protégé S.MULLER et la FIPCAM dans une affaire qui engage les intérêts de l’Etat qui, a vu ses forêts pillées, la fraude fiscale vidée ses caisses, son drapeau déchiré, ses citoyens licenciés abusivement et menacer de mort, ses enfants enlevés et pris en otage.

La communauté locale reconnait qu’une partie du dossier de l’affaire FIPCAM fait l’objet d’une enquête prescrite par le ministre de la défense mais a-t-il mandaté le général ASSO’O EMANE Benoit de s’occuper de cette affaire hautement délicate ?
That is the question.


Quel poste occupe le général ASSO’O EMANE Benoit à la FIPCAM ?
De toutes les façons le masque de celui qui était encore un modèle pour les populations de NkolNguet et pour la jeunesse camerounaise est tombé.

A qui le tour ?
Les populations interpellent le président de la république, le premier ministre, le ministre de la défense, l’union africaine pour qu’ils interdisent au général ASSO’O qui promet de revenir jeudi le 16 juin 2016 avec de l’artillerie lourde, de ne plus pénétrer les installations de la chefferie traditionnelle de 3e degré de NkolNguet à Mfou, dans le cas contraire la communauté locale avise qu’elle lui réservera un accueil des plus sauvage.

ATANGANA AMOUGOU Cyprien Donald

Posté par bapile meyos à 17:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]

CAMEROUN/FIPCAM:Lettre ouverte au président de la république contre la détention arbitraire du citoyen ABESSOLO Norbert.

Libérez la vérité détenue à la prison centrale de Mfou.

18341696_149559842249367_6785791021937396369_n

Excellence Monsieur le président de la république Paul BIYA,un jeune camerounais purge depuis le 30/08/2016 une privation de liberté doublée de menaces et de tortures sous l'orchestration criminelle du directeur général de la FIPCAM,MULLER Stéphane.

En effet,le citoyen ABESSOLO Norbert,matricule 2076 sous contrat de travail à la société forestière FIPCAM a été victime d'un coup monté par son directeur général,qui malicieusement a fait sortir du magasin de la société des câbles de débardage par le truchement de deux employés-complices nommés ENGOUMOU Martial et EKWA Francis,qui sont allés les déposer sur sa cour, donc à proximité de la maison familiale,en son absence.
Quelques minutes après les dirigeants de la FIPCAM,la police de Mfou et une cohorte de photographes étaient là sous la coordination de MULLER Stéphane suite d'abord à une plainte orale expresse et manipulatrice et ensuite par une plainte écrite déposée par ce dernier contre ses compères ENGOUMOU Martial et EKWA Francis pour vol, qui ont tous été arrêtés et jetés en prison puis libérés quelques jours après sur demande étrange de la direction de la FIPCAM tel que apparemment planifié.
L'innocent ABESSOLO Norbert,lui,a été arrêté pour soupçon de complicité par ce que les câbles en question ont été retrouvés à proximité de sa maison.Mais alors, plusieurs curiosités se dégagent de ce dossier:
-Comment ABESSOLO Norbert qualifié de complice peut-il être détenu à la prison centrale de Mfou depuis le 30/08/2016 alors que les deux véritables voleurs montés sont libérés et remis à leur fonction dans l'entreprise sur demande de MULLER Stéphane.
-Conformément au déroulé des événements,il reste à espérer que la police et le parquet de Mfou se rendent compte que MULLER Stéphane est l'instigateur de ce manège et qu'ils ont été manipulés.
-Comment ABESSOLO Norbert peut-il être taxé de complice du vol alors que l'objet volé se trouve en ce moment même et depuis le lendemain du vol dans les magasins de la FIPCAM et non au greffe du tribunal de Mfou alors même qu'aucune audience n'a encore eu lieu.
-Pourquoi la police et le parquet de Mfou ne tiennent pas compte des déclarations de MULLER Stéphane tenues lors de l'arrestation du citoyen ABESSOLO Norbert à l'intérieur de la FIPCAM:""C'est moi le patron de la justice et de la police,comme tu vas là,c'est la prison directe et c'est moi qui décidera du jour de ta sortie"".
-Comment a t-on pu autoriser un huissier de justice envoyé par MULLER Stéphane d'aller forcer ABESSOLO Norbert à signer un papier lui suspendant son salaire et son contrat de travail pour motif:""détention préventive à la prison centrale de Mfou""
-Si ABESSOLO Norbert,qui était absent par ce qu'en vacances dans une autre ville au moment du vol,était complice de ce vol,pourquoi les câbles volés ont-ils été retrouvés sur sa cour,au bord de la route à quelques mètres de la FIPCAM et non pas à l'intérieur de la maison familiale.

En définitive,ABESSOLO Norbert est le bouc émissaire de par son statut de riverain,suite à la tension sociale qui existe entre MULLER Stéphane/FIPCAM et le village Nkolnguet à cause de l'expropriation foncière de 23 hectares de terre dont la communauté a été victime.
ABESSOLO Norbert n'est pas le seul à subir les frasques criminels de MULLER Stéphane.Tout riverain qui ose lui dire non subit le même sort.En quelques lignes,le notable ETOUNOU Lucien,cousin d'ABESSOLO Norbert a subit un enlèvement et une tentative d'assassinat,et AMOUGOU ELE Jean le tuteur/oncle d'ABESSOLO Norbert a été jeté à la prison centrale de Mfou par MULLER Stéphane, par ce qu'ils refusent de renoncer aux revendications pour la rétrocession de leurs terres.
Même l'épouse d'ABESSOLO Norbert fait l'objet fréquente des menaces,des intimidations et des insultes de l'employée de la FIPCAM,très proche de MULLER Stéphane nommée JOUNDA TSUATA Judith Rolande qui ne s'empêche pas de dire à l'épouse du détenu que si elle parle à la presse,elle est une femme morte.

ABESSOLO Norbert meurt en prison pour avoir refusé de combattre contre son village et de faire des publications incendiaires sur les sites d'informations ALWIHDA et FACEBOOK, instrumentalisées et coordonnées en sous main par MULLER Stéphane.

Le président de la république,Paul BIYA est prié d'ordonner la libération urgente du citoyen ABESSOLO Norbert qui voit son destin brisé pour excès d’honnêteté et de loyauté envers sa communauté, en même temps que les organisations de défense des droits de l'homme à l'échelle nationale et internationale sont invitées à se rendre d'urgence à la prison centrale de Mfou pour voir les conditions de détention parsemées de torture et de famine infligées au détenu ABESSOLO Norbert pour faire plaisir à l'autoproclamé vrai président de Mfou le nommé MULLER Stéphane.



Signataires

La Grande famille MENGOUMOU M'ABESSOLO
Les Populations de Mfou
Les Employés de la société FIPCAM
Le PONSECU (Pont de sécurité et de solidarité entre les employés et les riverains des chantiers FIPCAM)
En savoir plus sur http://www.alwihdainfo.com/CAMEROUN-FIPCAM-Lettre-ouverte-au-president-de-la-republique-contre-la-detention-arbitraire-du-citoyen-ABESSOLO-Norbert_a47645.html#XYHoq5J1gRlLoMgQ.99

Posté par bapile meyos à 17:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]

CAMEROUN: Célébration de la 131e édition de la fête du travail à la FIPCAM

La société Fipcam de l'assassin MULLER Stéphane vibre en phase avec les assassinats lors de la célébration de la 131e édition de la fête du travail.

18403060_149558712249480_1536014217963157043_n

Sous un ciel plutôt clément, en dépit de quelques rayons de soleil piquants, et pendant plus de deux heures sans discontinuer, les travailleurs du département de la Mefou et Afamba ont fortement défilé devant les autorités administratives. Ils venaient du secteur privé et du secteur public ainsi que tous des secteurs d’activités variés : la santé, l’agro-alimentaire, l’industrie…etc
L’entreprise FIPCAM, (Fabrique Camerounaise de parquets) basée dans la ville de Mfou, et située à une vingtaine de kilomètres de Yaoundé, capitale du Cameroun a vu ses employés refusés de défilé devant les autorités de la ville de Mfou.Elle s’est fortement déployée pour verser 1000 FCFA à chaque conducteur de moto taxi et aux bayam sallam parmi la centaine d’entreprises ayant pris part au défilé lundi dernier. Il est à noter que c’est en 2001 que le Premier Ministre lui attribue son agrément à la profession d’exploitant forestier suivant arrêté N° 015/CAB/PM du 17 avril 2001 et depuis lors cette société s'est fait remarqué en exploitant frauduleusement du bois à hauteur d'un milliard de FCFA.La FIPCAM a bien sûr été épinglé par le contrôle supérieur de l’État et la brigade nationale de contrôle du ministère des forets associés aux ONG greenpeace,COMICODI,amis de la terre et autres.
La place des fêtes a brillé de mille feux aux couleurs du Cameroun, mais aussi des tricots jaunes qu’arboraient les employés de la société FIPCAM.

Dans un souci de valoriser les différents services en interne, le défilé pédestre s’est fait avec des plaques distinctives des différentes services de Fipcam, avec en bonus le trophée remporté lors d’un tournoi de football organisé à l’occasion de cette édition de la fête du travail.
Le défilé motorisé restera dans le même esprit : sont passés en revue des grumiers, pour transporter le bois volé; des véhicules légers tout terrain pour transporter les employés et navettes inter sites; une citerne de lutte contre les incendies en pleine démonstration, etc.

Le passage des services imaginaires de reboisement fut également remarquable et remarqué au cours de ce défilé, question de démontrer l’engagement pour cette entreprise citoyenne dans la lutte contre les changements climatiques en assurant au grand public la prise en compte l’aspect « régénération des essences ». Les plans d'essence de bois ont été remis aux vendeurs de fleurs chez lesquels ils ont été loués la veuille.

Car rappelons le, la société FIPCAM consciente de l’importance de la gestion durable et soucieuse d’évoluer dans la légalité, s’est engagée à la mise en œuvre des plans d’aménagement approuvés par l’administration des forêts contre espèces sonnantes et trébuchantes(corruption).

Posté par bapile meyos à 17:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

CAMEROUN:Le maire de Mfou,BELINGA est un corrompu

18301575_149549105583774_7631265989674108966_n

Posté par bapile meyos à 17:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Droit de réponse: Le chef du village de la Chefferie Traditionnelle de 3e degré de Nkol-Nguet

muller_manipule_abess

Le chef du village de la Chefferie Traditionnelle de 3e degré de Nkol-Nguet informe la communauté nationale et internationale du gigantesque mensonge sous forme d’article publié le 05 avril 2016 sur le très sérieux site internet Alwidha Info.com.faisant état de ce que la société forestière FIPCAM avait légalement acquis 23 hectares de terrain appartenant à la communauté riveraine et que l’audit environnemental et social avait été réalisé sur ce site en l’an 2008. Il est à préciser que. Pour acheter un terrain : -En premier, il faut que le vendeur signe à l’acheteur une promesse de vente moyennant une compensation d’immobilisation. -En second, il faut que l’acte de vente proprement dite soit conclu entre le vendeur et l’acheteur par devant un notaire et que le montant de la transaction soit versé au vendeur. Le montant de la compensation d’immobilisation peut être déduit du montant total résultant de l’acte de vente sur négociation des deux parties. Pour réaliser un audit environnemental et social (AES) ou une étude d’impact environnemental(EIE) : La procédure relative à la réalisation de l’audit environnemental et social sur le site de l’usine de FIPCAM à Nkol-Nguet. n’a pas respecté totalement l’ancien décret n° 2005/0577/PM du 23 février 2005, par exemple les audiences publiques avec les représentants des populations riveraines n’ont pas été tenues. Pour preuve aucun procès verbal de consultation publique n’a jamais été signé par ce qu’aucune réunion n’a jamais été tenue. Pourtant c’est un élément clé, incontournable quant à la délivrance des certificats y relatifs (EIE/AES). En plus, FIPCAM n’a jamais fait parvenir aux représentants des populations 30 jours avant la date de la première réunion un programme de consultations publiques, le mémoire descriptif et explicatif de l’activité et des objectifs de la concertation préalablement approuvé par le ministère de l’environnement. Aucun communiqué du ministère de l’environnement lançant la tenue de l’audit environnemental et social sur le site de l’usine de FIPCAM à Nkol-Nguet n’est parvenue à la communauté. Si FIPCAM avait légalement acquis 23 hectares de terrain appartenant à la communauté riveraine et que l’audit environnemental et social avait été réalisé selon les procédures en vigueur au Cameroun. Alors je demande à FIPCAM : -de publier l’acte de vente du terrain, qui, porterait ma signature pourtant que je n’ai jamais signé. -de publier le registre des réunions et le procès verbal de consultations publiques. -de présenter la décharge du programme de consultations publiques, le mémoire descriptif et explicatif de l’activité et des objectifs de la concertation, que moi en tant que le représentant des populations aurait déchargé en l’an 2008. Concernant les ex-délégués du personnel qui ont déposés des plaintes contre FIPCAM, ils ont été licenciés abusivement pour avoir refusé de cautionner la fraude contre les intérêts de l’Etat du Cameroun. (Voir une première décision du ministère du travail sur ce lien : www.alwihdainfo.com/Cameroun-Le-directeur-general-de-FIPCAM-refuse-de-respecter-une-decision-du- ministere-du-travail_a29879.html), d’autres verdicts sont attendus. Le reste des paroles ou écrits des manipulateurs de FIPCAM n’est que fumisterie....
Concernant les ex-délégués du personnel qui ont déposés des plaintes contre FIPCAM, ils ont été licenciés abusivement pour avoir refusé de cautionner la fraude contre les intérêts de l’Etat du Cameroun. (Voir une première décision du ministère du travail sur ce lien : www.alwihdainfo.com/Cameroun-Le-directeur-general-de-FIPCAM-refuse-de-respecter-une-decision-du- ministere-du-travail_a29879.html), d’autres verdicts sont attendus. Le reste des paroles ou écrits des manipulateurs de FIPCAM n’est que fumisterie. Les dirigeants de la société FIPCAM sont des menteurs et des hors la loi.

Posté par bapile meyos à 15:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Cameroun:Comment la Fipcam planifie la mort d’un journaliste

Le Pont de solidarité et de sécurité entre les employés et les riverains des chantiers fipcam(PONSECU) refuse d’être mêlé à l’assassinat programmé du journaliste d’investigation Nestor NGA ETOGA qui enquête actuellement à la FIPCAM. Extrait d’une note confidentielle parvenue à notre rédaction.

jude_et_mul

Celui qui a réussi à subordonner toutes les autorités de la ville de Mfou ne se cache plus pour émettre des menaces et les mettre en pratique. Après avoir promis la mort à OUTOUNOU Lucien, le directeur général, MULLER Stéphane a tenté de l’assassiner avec un véhicule banalisé. Après avoir promis de tuer 3 anciens employés,il a entrepris de verser de l’argent et d’offrir des augmentations de salaires  à leurs proches pour qu’ils l’aide à localiser leurs résidences respectives. Après avoir promis la mort au riverain contestataire, président de la jeunesse chrétienne de NkolNguet  le nommé ATANGANA Thomas Emmanuel a été retrouvé mort le 20 septembre 2016 au matin à proximité de son domicile à côté de la chapelle saint yves de NkolNguet, visiblement assassiné et déposé au bord de la route à environ 100 mètres de la société FIPCAM. Les riverains soupçonnent MULLER Stéphane d’en être l’auteur.
Le PONSECU alerte donc la communauté internationale  et le réseau international des journalistes et particulièrement le journaliste Nestor NGA ETOGA de prendre toutes les mesures de sécurité nécessaires à la protection de sa vie.
                                                 
Il se passe qu’un employé de la direction générale de la FIPCAM a écouté une conversation entre MULLER Stéphane et ZONGANG Judith dans laquelle le directeur général de la FIPCAM dit : « ça fait déjà 2 mois que j’ai donné l’argent pour le cas du petit journaliste Nestor. S’ils n’arrivent pas à le faire taire et à retirer les preuves, j’appelle certains de mes amis gendarmes et policiers, on lui monte un dossier et on l’envoie en prison comme ça on le fait abattre là-bas .Dame ZONGANG Judith a répondu, patron je suis en contact permanent avec nos gars, ça va se faire bientôt».
 
Plusieurs personnes sont mises en contribution pour abattre le journaliste en question. L’exécution n’ayant pas encore pu se faire, MULLER Stéphane multiplie la corruption auprès de ses sbires pour précipiter le sinistre plan.
Sinon comment comprendre que l’adjudant-chef, Bertin YOMBEU en service à la légion de gendarmerie du centre au lac, qui doit rester neutre se fasse construire une maison aux frais de la FIPCAM qui est déjà à l’étape de la pose des ouvertures portes et fenêtres. Le commissaire de la sécurité publique ENGOLO se fait construire un snack-bar en face de la poste  à Mfou, les travaux sont supervisés de main de maitre par MULLER Stéphane et ZOGO André. Il y a aussi un commissaire spécial qui a reçu un don de camion de lambris padouk.
Le PONSECU est disposé à témoigner pour prouver les manœuvres mortelles organisées par MULLER Stéphane et ZONGANG Judith contre toute personne qui s’hasarde à dénoncer les fraudes de la société FIPCAM.Ces manœuvres n’occupent pas seulement le cas de ce journaliste cible des tueurs à gage corrompus.
 
Il y a aussi leurs manœuvres pour produire un faux rapport suite à l’enquête prescrite par les services de la présidence de la république au sujet des actes frauduleux et malhonnêtes  de MULLER Stéphane et certains autres employés complices. Mais cette enquête qui se déroule à la compagnie de gendarmerie de Mfou connait  des incongruités, le service public est subitement devenu payant dans cette unité d’enquête, l’enquêteur EYA Bienvenue exige des populations plaignantes de NkolNguet de lui verser 10 000fcfa par tête pour les frais de saisie et d’impression des procès-verbaux d’audition. Les témoins qui accablent MULLER Stéphane se succèdent mais l’enquêteur les a trainé pendant deux semaines avant de les entendre au point ou les plaignants ont saisi le commandant de compagnie pour l’avertir qu’ils iront se plaindre à la haute hiérarchie s’ils ne sont pas auditionnés. Pendant les auditions, quand l’enquêteur a vu que les preuves s’amoncellent contre son ami et protégé MULLER Stéphane, il s’est transformé en donneur de conseils aux plaignants et aux témoins à charge en leurs disant : « pourquoi vous aimez les problèmes comme ça,vous ne pouvez pas appeler MULLER Stéphane pour qu’il vous donne un peu d’argent et vous abandonnez ce dossier. Vous savez MULLER Stéphane est généreux et il pourrait l’être avec vous si vous vous soumettez à lui».
Un collège de personnalités s’active à manœuvrer pour biaiser les rapports d’enquêtes, une réunion s’est tenu le 23 septembre dernier, vendredi tard en soirée à la FIPCAM regroupant : le nouveau préfet de Mfou (déjà inscrit sur la même lignée mensongère que l’ancien préfet ‘MBEMI NYAKNGA Victor’ qui avait fait un rapport honteux et mensonger contre les plaignants), le commandant de compagnie de la gendarmerie de Mfou,le maire de Mfou ‘BELINGA’,le commissaire spécial, l’enquêteur EYA Bienvenue, l’adjudant-chef ‘Bertin YOMBEU’. Des indiscrétions racontent qu’ils ont décidé unanimement de blanchir  le fraudeur et présumé assassin MULLER Stéphane dans les rapports d’enquêtes qui seront faits à Mfou et à Yaoundé.
Les plaignants et les employés relèvent que les numéros de téléphone suivants :698 70 05 40,694 02 69 58,697 76 17 98,691 660 615 ;695 76 63 86,679 75 62 51 leurs font des menaces pour qu’ils abandonnent les dénonciations contre MULLER Stéphane et FIPCAM... »

Posté par bapile meyos à 15:50 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Cameroun/FIPCAM: Un fugitif, le directeur général, MULLER Stéphane interdit de sortie puis débarqué de l'avion.

Cameroun/FIPCAM: Un fugitif, le directeur général ... - Alwihda Info

www.alwihdainfo.com › ACTUALITES › REACTION

29 nov. 2016 - Selon une information publiée sur la page Facebook des employés de la société FIPCAM qui annonce avec des preuves à l'appui, que ...

muller_barbu

Selon une information publiée sur la page Facebook des employés de la société FIPCAM qui annonce avec des preuves à l'appui, que MULLER Stéphane a effectivement été bloqué à l'aéroport de Yaoundé à 3 reprises au début de ce mois de novembre et qu'après l'intervention d'un homme en tenue, MULLER Stéphane a été admis dans l'avion et débarqué ensuite quelques minutes plutard, avant le départ de l'appareil volant. Bourré de honte et de peur, MULLER Stéphane a supplié ses proches de ne pas divulguer cette information.
Il n'est donc pas en France il est au Cameroun, il se cache en changeant d'endroit après chaque 3 jours: LIMBE, KRIBI, YAOUNDE et DOUALA. La communauté nationale et internationale interpelle la Direction générale de la recherche extérieure (DGRE) et la direction de la sécurité territoriale(DST) que MULLER Stéphane se cache par ce qu'il ne veut pas répondre à certaines convocations qui pourraient le coincer car des charges lourdes pèsent sur sa personne, notamment: insulte contre le président de la république Paul BIYA, déclaration de salaires douteux au fisc, tentative d'assassinat, tentative de localisation de résidence, menace de mort et enlèvement de journalistes, enlèvement d'un citoyen avec son véhicule Prado de couleur blanche, insulte le Cameroun de pays corrompu, menace qu'il mettra le Cameroun à feu et à sang si on ose l'arrêter. Cet homme est très dangereux et doit être arrêté et emprisonné le plus vite possible. Il répond au téléphone numéro (...) et possède un autre numéro dont il s'est fait identifier au nom d'un proche à lui. Il ne se déplace plus avec sa voiture, il utilise le véhicule de Maurizio BRUNO.
La presse nationale et internationale félicite la collaboration de plusieurs sources et des employés de la FIPCAM qui ont confirmé ses informations précieuses.

Jean de Dieu NGUEMALEU
Journaliste d'investigation

 

Posté par bapile meyos à 15:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Le directeur général adjoint de la société FIPCAM,MULLER Stéphane dans les sales draps

Le directeur général adjoint de la société FIPCAM dans les sales draps.

Copie_de_la_sortie_refus

 

Posté par bapile meyos à 15:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]

MANDAT D'ARRET LANCE CONTRE MULLER Stephane DE LA SOCIETE FIPCAM

MANDAT D'ARRET  LANCE CONTRE MULLER Stephane DE LA SOCIETE FIPCAM

Copie_de_Copie_de_sortie

Posté par bapile meyos à 15:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]